Interview France Bleu, Alexandre Bocage et Théo Saint-Martin vous parlent des vers de terre

Veragrow fabrique 800 kilos d’engrais par semaine issus de lombricompostage à Val-de-Reuil.

Des petites bêtes qui mangent nos déchets pour en faire de l’engrais. Trois amis normands, un Rouennais, un Dieppois et un Caennais d’une trentaine d’années, anciens étudiants à l’école d’ingénieurs CESI de Rouen, ont créé il y a un an en octobre 2019 leur entreprise de fabrication d’engrais à Val-de-Reuil, Veragrow. Des apprentis et des stagiaires, mais aucun salarié sur les lignes, ici les ouvriers, ce sont des vers des terre.

Dix millions de vers de terre transforment des déchets organiques en engrais. – Veragrow

Dix millions de vers de terre vivent dans deu grandes lignes de lombricompostage de 25 mètres de long sur un mètre de hauteur. Les déchets organiques sont déposés sur le dessus, du marc de café, des drèches de bière c’est -à-dire les résidus du brassage des céréales, et du fumier de chevaux. Les vers de terre les mangent et leurs déjections sont récupérées.

Dix millions de vers de terre transforment des déchets organiques en engrais. – Veragrow

Deux tonnes de déchets sont déposées chaque semaine sur chaque ligne de lombricompostage, une fois dégustées et digérées par les vers, les 2 tonnes de déchets donne 800 kilos d’engrais revendus.

Voici le fonctionnement du lombricompostage. – Veragrow

L’équipe de Veragrow

Une fois dégustées et digérées par les vers, les 2 tonnes de déchets donne 800 kilos d’engrais revendus – Veragrow